Envoyer



Conditions de financement
Besoin en fonds de roulement (PRES/Covid 19)

Montant plafond

  • Trois cent millions (300) pour les hôtels 4 étoiles et plus ;
  • Deux cent millions (200) pour les hôtels 2 et 3 étoiles ;
  • Cent millions (100) pour toutes les autres structures

Taux d’intérêt

3,5%

Durée de remboursement

96 mois (8 ans)

Différé

24 mois (2 ans)

Financement

Les financements sont octroyés à travers la banque BNDE.

Type de financement

Crédit moyen terme pour investissement et fonds de roulement, pour création et extension de projets.

Conditions de financement
Besoin en Investissement

Montant plafond

  • Cinq cent millions (500) pour les hôtels 4 étoiles et plus ;
  • Deux cent millions (200) pour les hôtels 2 et 3 étoiles ;
  • Cent millions (100) pour toutes les autres structures

Taux d’intérêt

3,5% (2% pour les TPE et micro entreprises)

Durée de remboursement

96 mois (8 ans)

Différé

24 mois (2 ans)

Critères d'éligibilité

  • Etre une personne physique ou morale intervenant dans le secteur du tourisme, l’hôtellerie, la restauration ou activités de soutien au développement du tourisme et de valorisation des sites touristiques au Sénégal ;
  • Etre agréée comme entreprise hôtelière ou touristique par le Ministre en charge du Tourisme ou de toute autre autorisation.

  • Seulement pour les besoins en investissement
    Avoir fourni un business plan détaillé faisant ressortir :
    • la création d’au moins cinq (5) emplois ;
    • un chiffre d’affaire d’au moins cinq (5) millions de francs CFA par an ;
    • un taux de rentabilité d’au moins 10%.

APRES ACCORD DE FINANCEMENT ET AVANT DECAISSEMENT

  • Formalisation de la garantie :
    • Caution personnelle à hauteur du montant accordé ;
    • garantie collective et solidaire de 2% ;
  • Ouverture d’un compte bancaire à la BNDE ;
  • Signature d’une convention de crédit avec inscription, dans les conditions particulières, du caractère public des deniers.

Aide et accès à l'information

Dans le cadre du programme de résilience économique et sociale face au COVID 19, le ministère du tourisme et des transports aériens lance cette plateforme digitale afin de structurer l'appui aux acteurs du secteur. Les enjeux principaux sont les suivants:

  • Favoriser une démarche inclusive permettant à tous les segments du secteur de bénéficier du programme;
  • Répondre de façon efficiente aux sollicitations des acteurs du secteur;
  • Gérer les souscriptions des acteurs aux offres de crédits proposées par le programme



Responsive image


Responsive image


  • Le plan de contingence du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale a pour objectif principal de renforcer les capacités du Sénégal à faire face à l’épidémie à travers les mesures suivantes:
  • L’isolement rapide desdits cas
  • Le renforcement des moyens de prévention et de contrôle de l’infection dans les structures sanitaires et en communauté
  • L’intensification de la communication de risque sur l’infection et la participation des populations aux mesures de riposte
  • La coordination des interventions de riposte à l’épidémie
Globalement, une enveloppe de 64,4 milliards FCFA consacrée au secteur de la santé



Distribution de denrées alimentaires

Distribution de denrées alimentaires

Paiement de factures d’eau et électricité



Mesures générales

Fiscalité

  • Remise partielle de la dette fiscale constatée au 31 décembre 2019, due par les entreprises et les particuliers, pour un montant global de 200 milliards FCFA
  • Délai général de paiement de la TVA suspendue recouvrée par la douane et les services fiscaux de 12 à 24 mois
  • Remises et suspensions d’impôts aux entreprises qui maintiennent leurs travailleurs en activité ou à payer plus de 70% du salaire des employés mis en chômage technique

Apurement de la dette intérieure

  • 302 milliards FCFA consacrés au paiement dus aux fournisseurs de l’Etat

Mesures spécifiques pour les secteurs les plus impactés

Fiscalité

  • Différé de paiement des impôts et taxes jusqu'au 15 juillet 2020

Financement

  • Mise en place, en partenariat avec le secteur bancaire (BCEAO et banques commerciales), d’un mécanisme de financement des entreprises affectées par la crise du COVID-19 afin de leur permettre d’accéder aux ressources nécessaires leur permettant de faire face aux besoins urgents. Ce mécanisme devrait permettre aux banques d’injecter une enveloppe de financement conséquente au profit de ces entreprises (de l’ordre de 200 milliards FCFA) sous forme de crédits de trésorerie ou d’investissement avec des conditions de taux d’intérêt et de maturité tenant compte de leurs situations. Des critères d’éligibilité et conditions de taux de sortie seront discutés avec les banques. Pour être opérationnel, ce dispositif devra être conjugué à des mesures d’accompagnement en termes de mobilisation des ressources, de maîtrise des risques et d’assouplissement de certaines dispositions réglementaires édictées par la Banque centrale. Des discussions, à finaliser dans les meilleurs délais à travers une convention cadre, ont déjà été engagées avec la profession bancaire. Les partenaires au développement pourraient contribuer aux cotés de l’Etat, notamment par la garantie de ces prêts.

Autres

  • Enveloppe de 100 milliards FCFA spécifiquement dédiée à l’ appui direct des secteurs de l’économie les plus durement touchés par la crise selon des modalités à définir en concertation avec les départements sectoriels concernés.


  • Le Programme de résilience économique et sociale permettra d’assurer l’approvisionnement en hydrocarbures, produits médicaux, pharmaceutiques, et denrées de première nécessité, à travers les mesures suivantes:
  • Le renforcement de la surveillance du marché intérieur
  • La constitution de stocks de sécurité pour toutes les denrées de première nécessité et durant toute la période de la crise
  • Le maintien des prix des principaux denrées de première nécessité à leur niveau d’avant crise durant toute la période de la pandémie
  • L’accès des consommateurs sénégalais à des produits de très bonne qualité sur toute l’étendue du territoire national
  • L’atténuation des impacts sur l’offre nationale et la facilitation des opérations commerciales



  • Une mobilisation des financements auprès des partenaires au développement, du secteur privé et de l’Etat ainsi des économies budgétaires de l’Etat permettra au Fonds FORCE COVID 19 d’être doté des ressources nécessaires
  • A ce jour, il a été engagé des échanges avec nos partenaires pour une mobilisation de financement en urgence:
    • Le FMI a déjà annoncé une aide financière d’urgence rapide
    • Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé une première opération pour soutenir la riposte sanitaire D’autres appuis financiers sont en cours de finalisation
    • Des discussions sont avancées avec d’autres bailleurs pour un soutien financier Il s’agit notamment de la BID et de la BAD
  • Des institutions régionales telles que BOAD ont aussi apporté un soutien financier au Fonds Force COVID 19
  • Le Secteur privé a déjà contribué à hauteur de 10 milliards FCFA. Ces dons seront déduits de leur futur résultat fiscal
  • L’Etat privilégie un financement sous forme de dons et de prêts concessionnels pour mobiliser le reliquat de financement
  • En dernier ressort, un report d’échéance de dette pourrait être envisagé